La senda de Camille

Le 01.09.2019, par GeorgesS-685


Auteur : Pascal Payard.

La Senda de Camille est une boucle de sept jours en randonnée itinérante dans les Pyrénées entre Béarn et Aragon, sur le versant espagnol.

Camille est le dernier ours brun autochtone des Pyrénées ; depuis 2010, il est considéré comme mort car ses traces non pas été retrouvées ; il était âgé de 25 ans. C’est pour lui que ce parcours porte son nom !
Nous sommes sept Auvergnats (Christian et Maurice les organisateurs, Josette, Anne-Marie, Françoise, Cyril et moi-même) à prendre le départ de Clermont-Ferrand le samedi 3 août pour arriver en fin d’après-midi dans le petit village béarnais de Lescun (Marie-Odile a dû déclarer forfait suite à une fracture du petit orteil).
Nous logeons à la Maison de la Montagne dont nous garderons le très bon souvenir des copieux repas que nous y avons pris au départ et à l’arrivée de notre boucle.

Première étape : Lescun - Linza (17 km, +1300 m et – 800 m).

Une belle grimpette pour commencer, le col de Petrachema (2084 m) qui nous fera basculer pour les cinq jours suivants sur le versant espagnol. Le départ se fait sous un soleil radieux, zéro nuages, il fait déjà très chaud dans le petit village de Lescun qui est à seulement 870 m d’altitude. Dans le Béarn, les paysages verdoyants sont magnifiques avec la vue sur le Cirque de Lescun ; le passage du col restera inoubliable, surplombé par les Aiguilles d’Ansabère (2378 m) sur notre droite. Le versant espagnol est beaucoup plus sec et il fait encore plus chaud ; heureusement, nous finirons notre étape en sous-bois avant d’arriver au refuge de Linza (1340 m). Rafraîchissement au bar et farniente, c’est les vacances !



Deuxième étape : Linza - Selva de Oza (16 km, +800 m et -1050 m).

Grand ciel bleu annoncé pour la journée. La direction du départ est facile à trouver : une brèche à franchir dans la montagne face au refuge de Linza. Ensuite, de vastes étendues herbeuses montantes et descendantes occupées par de jolis troupeaux de vaches et chevaux. Avec l’aide de Josette, tout le monde révise ses connaissances en botanique et les photographes avec patience choisissent le bon cliché à saisir pour immortaliser les papillons... L’arrivée se fait tranquillement à Selva de Oza (camping/hôtel/restaurant). Chacun vaque à ses occupations, rafraîchissement, lessive, farniente... Ambiance restaurant pour le repas du soir avec la surprise de découvrir le plat commandé suite aux explications de notre serveur espagnol en français plus ou moins clair…Tout le monde se rappellera le fameux plat du berger (pain, ail et champignons).


Troisième étape : Selva de Oza - Gabardito (16 km, +1300 m et -1040 m).

L’ambiance est donnée dès le départ avec un tipi au pied de cette belle montagne, le Castillo d’Acher, une curiosité géologique au milieu des Pyrénées espagnoles. Le bas de la montagne est très verdoyant ; ensuite il y a un important contraste entre les belles pelouses vertes et la roche rouge qui recouvre les flancs, le tout surplombé par un sommet avec de belles falaises blanches. Avec très peu d’imagination, on a passé la journée à la fois sur la planète Mars et dans un paysage de western - il manquait juste les cow-boys et les Indiens, mais on a vu leurs chevaux (on n’a pas eu droit à l'attaque de la diligence...). Pour finalement arriver au refuge de Gabardito (1380 m) où on gardera en mémoire un fabuleux plat de pâtes en entrée qui assurément nous donnera l’énergie nécessaire pour l’étape suivante...

Quatrième étape : Gabardito – Lizara (10 km, +700 m et -550 m).

Petite étape en distance et en dénivelé, les trois prochains jours s’annonce beaucoup plus consistants... La météo est toujours aussi belle avec quelques petits nuages qui s’accrochent sur les sommets. Les orages annoncés la nuit n’ont pas eu lieu et, très vite, c’est sous la chaleur que l’on traverse ces grandes étendues herbeuses qui nous mènent jusqu’au col du Foratón (2016 m), avec à gauche le Bisauriń (2670 m), le plus haut sommet de cette vallée. On va pouvoir s’accorder une bonne pause puisque l’on voit déjà le refuge de Lizara au fond de la vallée suivante. Finalement, c’est à quelques centaines de mètres du refuge que nous trouverons un endroit propice pour manger notre pique-nique et faire une bonne sieste... L’endroit n’a pas été facile à trouver : sur ce versant, il y a très peu d’ombre, l’herbe est sèche et envahie par les chardons bleus ! Le bétail est un peu comme nous, assommé par la chaleur et le manque d’eau ; ici aussi, la sécheresse se fait fortement ressentir... Rafraîchissement détente, ça a du bon d’arriver de bonne heure au refuge de Lizara (1515 m).



Cinquième étape : Lizara - Aysa (18km, + 1070 m et – 780 m).

Une longue et belle étape dans des paysages magnifiques. On remonte la Vallée de Los Sarrios avant d’arriver au lac d’Estaëns, un endroit idéal pour pique-niquer - dommage, il est un peu tôt... Plus loin, un autre lac nous attend, celui de Ibón Estanés, certaines plages sont occupées par le bétail qui vient se rafraîchir et faire comme nous une petite pause pour admirer le paysage... Plus loin, on aperçoit le col du Somport avec les aménagements des stations de ski du Somport en France et de Candanchú en Espagne. Le chemin passe sur les éboulis au pied des falaises du cirque d’Aspe avant d’arriver sur la ligne de frontière jalonnée par de belles bornes en pierres. L’auberge d’Aysa, à 1680 m, se trouve en Espagne, à 100 m de la frontière au col du Somport.



Sixième étape : Aysa - Arlet (19 km, +1150 m et -780 m).

Tempête de ciel bleu et soleil intense annoncés pour toute la journée ! Dès le départ, on est sur le versant français des Pyrénées et on entre rapidement dans la forêt de Sansanet, à l’ombre... Puis un long cheminement vallonné parsemé d’éclaircies où il y a des framboises à profusion. Ensuite, il faut remonter jusqu’au col Lapachouaou (1890 m) : la vue est magnifique sur le col du Somport, le pic du Midi d’Ossau et le parcours que nous avons fait hier dans le Cirque d’Aspe ; on aperçoit même encore un petit bout du lac Ibón Estanés. La fin de l’étape se fera sur un léger plat montant à travers les jolis pâturages occupés par les chevaux, les ânes et les vaches, sans oublier les cabanes des bergers où on peut acheter du fromage. Le refuge d’Arlet (2010 m) est en vue avec le lac du même nom juste au pied, ce sera notre salle de bain pour ce soir... La vue est magnifique sur les montagnes qui nous entourent et la vallée qui descend à Lescun.

Septième étape : Arlet - Lescun (20 km, +520 m et -1640 m).

Grâce à un petit orage en début de nuit, le réveil est grandiose ce matin !!! On est au-dessus d’une magnifique mer de nuages qui envahit toutes les vallées et laisse juste émerger les sommets qui nous entourent. On ne tarde pas au petit déjeuner, nous voilà partis sur le chemin qui suit la ligne de crête et du même coup la frontière. Nous sommes sur les « sentiers de la liberté » avec plusieurs cols qui sont des lieux de passage fréquentés jadis pour le travail et malheureusement pour fuir les guerres... On fait une petite pause en passant le col de Saoubathou qui nous offre une magnifique vue sur la face nord du Castillo d’Acher et le Bisaurin. Au col de Paü, le soleil a du mal à dissiper la brume que nous allons forcément être obligés de traverser pour descendre dans la vallée qui rejoint Lescun. Cela donne une ambiance mystérieuse, avec le son des cloches et les sommets qui jouent à cache-cache entre la brume et le soleil, nous laissant apercevoir quelques isards en balade eux aussi... Le soleil finira par avoir le dessus et c’est lui qui nous accompagnera jusqu’à Lescun. Il a fait chaud ! Une excellente excuse pour aller manger une glace artisanale à l’épicerie du village... On a tous réussi à boucler la Senda de Camille et cela nous permet d’obtenir le joli T-shirt avec l’empreinte de Camille ! Un petit apéritif avec un vin blanc de Jurançon qui donne suite à un copieux repas pris à la Maison de la Montagne.
Ce matin, la météo n’est pas cool pour le randonneur, il a plu une bonne partie de la nuit et pendant le petit déjeuner il tombe des cordes... Pour nous qui allons prendre la voiture, ce n’est pas grave, mais les randonneurs qui vont prendre le chemin vont devoir affronter deux jours de pluie continue... On a eu de la chance, huit jours consécutifs de soleil nous ont permis de profiter de ces paysages grandioses !!! On n’a pas vu d'ours, ni même une trace... On a fait de belles rencontres, notamment les joyeux Landais et Landaises qui avait tendance à s'égarer... 

 

Merci à tous, et plus particulièrement à Christian et Maurice pour l’organisation de cette belle semaine.

 


 

Bienvenue sur le site du Club Alpin Clermont-Auvergne !

 

Vous trouverez sur ce site toutes les informations utiles pour découvrir ou re-découvrir notre club. N'hésitez pas à consulter les informations pratiques en utilisant le menu navigation. Si vous ne trouvez pas l'information que vous cherchez, vous pouvez aussi nous envoyer un e-mail (voir nos coordonnées en bas de page).

Notre permanence hebdomadaire est l'occasion d'accueillir et de renseigner les nouveaux adhérents et de rencontrer les autres, d'adhérer à notre club, de s'inscrire aux sorties et de les préparer. Venez nous rencontrer à la permanence tous les jeudis de 19h à 20h30 :

21 rue Jean Richepin
63000 Clermont-Ferrand
Salle 1
Tél. : 04 73 90 81 62

 

En dehors des horaires de permanence, vous pouvez :

  • Soit appeler Georges : 04 73 92 40 25

                                      06 24 01 28 25

  • Soit appeler Josette :   04 73 27 04 57
  • Soit adresser un e-mail à 

      

 Georges et Josette répondront à vos questions. 

----------------------------------------------

Nos partenaires : 

 

Recherche :