Corsica Canyons, du 2 au 14 juin 2018

Le 27.06.2018, par GeorgesS-685, 1 commentaire


Auteur : François Tournoux.

Convoitée depuis longtemps, la Corse a été la destination du camp canyon 2018. C’est donc six canyonistes impatients (Irène, Noëlle, Erik, Marc, Julien et moi) qui prennent la route le 2 juin, direction Toulon. Une première étape dans la Drôme chez Gilbert, qui nous accueille pour un barbecue sympathique. Après une très courte nuit, les désormais sept compères reprennent la route. Accompagnés par des poissons-lunes que certains confondent avec des requins blessés, le ferry nous débarque à Ajaccio. Là nous attend le dernier compagnon, Jean-Charles, nouvel arrivant au club.

Quelques emplettes de dernière minute pour compenser les oublis, et les sinueuses routes corses nous conduisent à notre premier camping à Zonza, proche des aiguilles de Bavella.

Malgré une météo mitigée, les deux jours suivants nous permettent de descendre quatre parmi les plus beaux canyons du secteur (Purcaccia, Polischellu, Vacca, Fiumicelli) avec un niveau d’eau plutôt haut. Le temps maussade du troisième jour ne nous engage pas à enfiler les combinaisons néoprène. Nous optons donc pour la rando du tour des aiguilles de Bavella (D+ 930 m), qui emprunte les deux variantes du GR 20 dans le secteur des aiguilles. Circuit magnifique, ambiance grandiose, vues superbes.

Pour le dernier jour à Zonza, ce sera le canyon de la Piscia di Gallu, réputé pour sa cascade de 65 m, dont le relai de départ est sur la margelle d’une vasque déversante. Ambiance assurée, d’autant que le rappel se descend sous les yeux des touristes venus voir cette belle cascade, facilement accessible à pied.

Cependant les informations que nous glanons auprès de guides et professionnels du secteur durant ces descentes ne sont pas encourageantes : les pluies du printemps n’ont pas épargné la Corse. Des canyons que nous avions inscrits à notre programme, en montagne, ne sont pas encore praticables.

Quittant Zonza, nous prenons la direction de Porto. La sinuosité des routes corses allonge considérablement les distances ! Démontage du camp, transfert et installation dans ce nouveau camping occupent la journée. 

Nous choisissons le Dardu comme premier canyon de ce secteur. Très beau, il se situe au cœur des calanques de Piana. Nous profitons de ce spectacle haut en couleurs, où le rouge de la roche se marie avec le vert de la végétation méditerranéenne, sur le fond bleu de la mer ! Le niveau d’eau assez élevé donne encore plus d’attrait à cette descente. Mais comme beaucoup de canyons corses, ça se mérite : la sortie du canyon fait remonter les 400 m de dénivelée par un chemin escarpé. Jean-Charles rentrera sur le continent le lendemain.

Ziocu, le canyon du jour suivant nécessitera presque deux heures de route, sur laquelle nous contournons les inévitables cochons corses. Il nous fera découvrir un village corse typique, avec ses étroites rues très pentues. Jolie descente alternant passages ouverts et encaissement à l’ambiance austère.

10 juin, jour de repos : baptême de plongée pour les uns, rando au Capo Rosso pour les autres. Finalement pas très reposant !!

Le lendemain, départ pour le canyon de Sulleoni. Inquiets quant au débit de ce canyon technique, nous faisons une halte pour examiner la cascade de 65 m bien visible de la route. Après analyse, nous décidons de ne pas nous y aventurer, le débit semblant trop important. Le plan B est un autre canyon du secteur, qui selon le topo n’est en eau que quelques jours par an. A l’approche du canyon, le bruit de l’eau bien présente nous confirme que les semaines précédentes ont été pluvieuses. L’approche et le début du canyon sont fastidieux car il est encombré de ronces et de buissons. Manifestement, ce canyon n’est pas pratiqué et sa descente nous confirmera son peu d’intérêt. La sortie, empruntant des sentes de sangliers, et le retour au village du départ sont aussi difficiles.

12 juin : journée de transfert vers Ajaccio, pour se rapprocher de l’embarcadère. Après avoir plié le camp sous la pluie, nous faisons un crochet pour le canyon de Richiusa, très fréquenté par les guides en été. Le temps est maussade et après nous y être engagés, la pluie nous contraint à en sortir.

Les orages du lendemain nous clouent au camping le matin, mais baignade l’après-midi. 

Pendant la traversée qui nous ramène à Toulon le 14 juin, les plus chanceux ont pu voir des baleines.

Malgré des éléments contre nous, météo et niveaux d’eau, nous avons pu faire de belles descentes et randonnées dans ce bel écrin qu’est la Corse.


 

Bienvenue sur le site du Club Alpin Clermont-Auvergne !

 

Vous trouverez sur ce site toutes les informations utiles pour découvrir ou re-découvrir notre club. N'hésitez pas à consulter les informations pratiques en utilisant le menu navigation. Si vous ne trouvez pas l'information que vous cherchez, vous pouvez aussi nous envoyer un e-mail (voir nos coordonnées en bas de page).

Notre permanence hebdomadaire est l'occasion d'accueillir et de renseigner les nouveaux adhérents et de rencontrer les autres, d'adhérer à notre club, de s'inscrire aux sorties et de les préparer. Venez nous rencontrer à la permanence tous les jeudis de 19h à 20h30 :

Horaires haute saison : du 9 janvier au 12 mars,

Permanence pour matériel de 18 à 20h

21 rue Jean Richepin
63000 Clermont-Ferrand
Salle 1
Tél. : 04 73 90 81 62

 

En dehors des horaires de permanence, vous pouvez :

  • Soit appeler Georges : 04 73 92 40 25

                                      06 24 01 28 25

  • Soit appeler Josette :   04 73 27 04 57
  • Soit adresser un e-mail à 

      

 Georges et Josette répondront à vos questions. 

----------------------------------------------

Nos partenaires : 

 

Recherche :