Week-end ski nordique au Mont Lozère les 10 et 11 février

Le 20.05.2018, par GeorgesS-685


Photo ci-dessus : le matin du 10 février, au-dessus du Mas de la Barque

Auteure : Hélène Perrin

Pour ce week-end concocté par Jacques et Thierry, le premier épisode se déroule autour d’un repas convivial entre skieurs et raquettistes au gîte du Mas de la Barque.

Les choses sérieuses commencent samedi matin. Dans le froid vif, nous attaquons avec motivation l’itinéraire prévu par Jacques à partir du joli site du Mas de la Barque. Passage sur un chemin aisé protégé du vent par des bois, puis au-dessus d’un ruisseau où la neige a transformé les rochers en gros poissons !

Cela se corse ensuite, nous arrivons sur les pentes où le vent sauvage (de face !) souffle la neige… Josette est victime d’un problème de peaux et doit s’acharner pour monter sans leur aide. Pour certains, un passage avec un pied dans le  ruisseau est plutôt malencontreux  vu la température du jour ! Quelques gants s’envolent et sont rattrapés in extremis. Nous découvrons que le thé chaud est très utile pour dégeler les fixations ! Après trois heures de montée où le vent gèle les mains et les nez, nous atteignons un gros rocher qui nous abrite du vent ; le soleil a fait son apparition et nous profitons d’un pique–nique inespéré (presque) au chaud avec la vue magnifique sur les monts alentour. Ragaillardis, nous reprenons notre progression sous le soleil, dans ce paysage sauvage. Josette a chaussé les peaux de Jacques pour éviter la fatigue. Le ciel se recouvre et nous renonçons à monter au sommet du Finiels. Passage au col du même nom, puis un dernier effort avant de rejoindre les pistes de la station du Bleymard, et nous n’avons plus qu’à nous laisser glisser jusqu’à notre gîte pour retrouver les raquettistes et apprécier (entre autres) les délicieux gâteaux à la châtaigne du dessert.

Dimanche matin, départ pour notre étape de retour. Le vent s'est un peu calmé et, surtout, nous l'avons dans le dos ! Mais le soleil brille... par son absence ! Nous remontons dans nos traces jusqu'au col du Finiels, puis nous nous rapprochons des sources du Tarn (quelque peu dissimulées sous la neige). Nous longeons le Mont Cassini, le brouillard nous empêche de passer au sommet. Après le col de l'Aigle, nous atteignons les pistes de fond du Mas de la Barque et profitons de la dernière descente...

En conclusion, un superbe week-end où les conditions hivernales ont mis du piquant dans notre progression !