Sortie du week-end du 14 juillet autour de Torino

Le 18.10.2017, par GeorgesS-685


Auteur : Alexandre Bouquel

Tout commence, comme bien souvent, au collège Molière, le jeudi 13 juillet à 13 h 30. Marielle, Julien, Jean-Baptiste, Vincent et Alexandre (moi-même) nous retrouvons pour faire route commune en direction de Courmayeur afin de retrouver Thibault qui est déjà sur place. En effet, il était avec la fine équipe, Sébastien (Séb) et Noël (Nono) dans le sud des Alpes. L'ensemble de la deuxième équipe a eu vent de la bonne météo sur le massif du Mont Blanc, mais on en reparlera plus tard.

 Du coup, Thibault nous montre un beau petit bivouac avec une rivière et le tout à moins de dix minutes du téléphérique, parfait ! Nous profitons de la présence du soleil pour vérifier le matos de chacun, faire les sacs et surtout manger quelques victuailles et nous désaltérer.

Debout vers 5 h, nous plions le camp, puis nous petit-déjeunons et direction le téléphérique. Ah, nous loupons la première benne mais bon, peu d'attente pour la seconde de 6 h 30. Arrivés à la gare supérieure, un ascenseur et un long tunnel nous amènent juste devant le refuge, pas besoin de crampons, c'est vraiment « Eurodisney ». Nous déposons le superflu et feu sur le glacier. La première journée, nous avions prévu de faire la Vierge et le Petit Flambeau. Nous maintenons le programme, mais le moral des troupes est au beau fixe. « Ah, on peut aller voir en direction de l'Aiguille de Toule pour demain ? »... « Bah, maintenant qu'on est là, on va au sommet, non ? ». Tout le monde est OK, allez, nous enchaînons le troisième sommet.

Fin de journée, retour au refuge Torino. Surprise sur la terrasse, Séb et Nono profitent du soleil. Séb nous propose des cacahuètes, finalement, 300 grammes c'est trop ? Les deux hommes des montagnes nous racontent la Dent du Géant, on aura même droit à « je pense que les cordes fixes rendent la course plus difficile »... mouais ! Nous buvons un coup ensemble, nous parlons du programme du lendemain, finalement, au lieu de faire deux cordées de trois, Séb se joindra à nous pour la Pyramide du Tacul. Passé 21 h, la troupe commence à avoir faim. Les deux montagnards, tels des puristes, retournent sous leur tente pour manger.

Petit-déjeuner à 6 h et petite marche sur le glacier avec de jolis ponts de neige et de BELLES crevasses. Nous sommes les premiers à la Pyramide. Nous ne traînons pas et commençons à grimper. Le début est évident, nous avançons suffisamment vite. Arrivés à la moitié, petit souci pour trouver l'itinéraire. Thibault part en éclaireur, mais n'est pas convaincu après plusieurs analyses et tentatives. Finalement, Séb y va. Effectivement, un petit pas à franchir sans voir l'autre côté du dièdre. Entre-temps, certains passent des chaussures aux chaussons, ouais le 4 de Chamonix.... Bref, belle ambiance et belle grimpe avec des cheminées et fissures que nous n'avons pas trop l'habitude de rencontrer en Auvergne et un peu de dalle, mieux connue. Nous arrivons au sommet de la Pyramide vers 12 h, quel timing, bon appétit !

Après avoir un peu plus rempli le ventre, nous admirons la vue et passons les sommets avoisinants en revue... Un guide et son client arrivent ; punaise, ils ont pris la benne le matin vers 9 h, le client doit avoir la caisse pour suivre ! Pour arriver au vrai rappel, il faut un peu désescalader. Séb part installer une main courante pour toute la troupe. Tout le monde se rejoint donc à la terrasse du relais. Le guide et son client utiliseront d'ailleurs la main courante ; le guide félicitera Séb pour cette belle main courante : nous sommes parfaits au CAF Clermont !

Au préalable, nous avions un peu peur pour les rappels. A lire certains récits de la Pyramide, les rappels ne se trouvent pas de façon évidente. Cette fois-ci, nous profitons du guide, nous le collons. Nous sommes bien rodés, nous descendons les cordes au fur et à mesure. Finalement, le rappel sera assez rapide. Nous reprenons le matos laissé en bas et nous repartons en direction de Torino.

Le retour semble bien plus long que l'aller. Arrivés au refuge, nous sommes tous bien crevés ! Nous buvons un petit coup et évoquons les courses possibles pour le lendemain. Au programme, les Aiguilles Marbrées étaient prévues, mais peu d'enneigement et pas mal de chutes de pierres. Dommage, car il n'y a pas vraiment d'autres courses rapides à faire avant de rentrer sur Clermont « Sinon, vu qu'on a fait le reste, on dort un peu plus et on se fait un burger à la micro-brasserie de Cham ? ». Le programme est adopté par tous. Nous prenons donc le temps pour le petit-déjeuner et récupérons la benne pour descendre. Nono et Séb descendront à pied.

En attendant le duo, on fait du tourisme à Cham. On loupe, à un jour près, le mondial d'escalade, dommage ! Nous retrouvons finalement Nono et Séb à Chamonix et direction le burger, tout le monde a bien faim et le repas est le bienvenu.

Après avoir mangé, il nous reste quelques heures pour rentrer à Clermont.