Week-end raquette et ski nordique dans le Cantal

Le 30.09.2015, par Admin


Samedi 28 février 2015 – Soleil radieux – moins sept degrés – rendez-vous devant le gîte de Dienne : Eliane, Hélène, Aurélie, Jocelyn et Sylvie, Cyril, Jacques, Nicolas, Patrice, Paul et nos deux Stéphane encadrant le week-end. Départ des skieurs et raquettistes à 9h30.

9h45 – Premier arrêt des raquettistes – Stéphane A. attire leur attention sur des traces suspectes dans la neige qui ressemblent bien à celles d'un lièvre. Chaque empreinte relance systématiquement le débat : traces de lièvre, blaireau ou fouine ? Les plus expérimentés argumentent, les non-initiés écoutent... Pique-nique en haut du puy de Niermont.

Retour au gîte. C'est l'heure de la rencontre France/Pays de Galles – il y a une télévision dans le gîte : « il neige » – « Ah bon ? » « Mais non, pas dehors, sur l'écran ! ». La télé ne marche pas – pas de rugby ce soir – qu'à cela ne Dienne, on ne va pas se laisser abattre. Stéphane V. nous a préparé soupe, truffade et tarte aux pommes : on commence par un Gewürztraminer 2007. Bonne raison pour comparer avec le blanc qui suit et le..., et puis aussi le..., parce que... ça donne soif, la rando !

Après trois assiettes de truffade par personne, le goût de la culpabilité encore en bouche, nous l'attendons toujours, pourvu que la pluie annoncée arrive cette nuit et non demain !

Dimanche matin, elle nous nargue : impossible de skier, rando compromise, envie de raquetter – non – racketter quelques bribes de ce soleil dominical dont l'absence nous conduit tout droit vers le « Lac du Pêcher ». Des recherches sur la Toile d'une éventuelle légende du lac restent sans résultat, supplantées en revanche par de multiples publicités qui font la promotion de l'« ecolodge attitude » du lieu. Nous faisons le tour du lac ou presque.

Autour d'un dernier café, la mine triste, Stéphane V. nous rejoint, le journal La Montagne à la main : France/Pays de Galles : 13-20, ce qui ne manque pas d'alimenter les conversations du début de l'après-midi. Notre week-end, un tantinet écourté par un soleil capricieux, s'achève par un pique-nique convivial, près d'étendues de neige qui bientôt laisseront leur place aux fleurs des champs. Conclusion unanime : nous reviendrons au printemps !

 

Aurélie Barnabé