Restauration écologique et paysagère de la plantation d’épicéas de la Montagne du Mont (vallée de la Fontaine salée)

Le 19.02.2016, par DidiermichelM-c04


Auteur : Guy Rosenberg - 18/02/2016.

Etat des travaux à fin novembre 2015. 
La forêt de la Montagne du Mont est une plantation compacte d'épicéas de 46 hectares qui, vue des crêtes, défigure la Vallée de la Fontaine salée par ses formes rectilignes et sa nature même, le reste de la vallée étant constitué de prairies ou de hêtraies.

Acquise par le Conseil Général du Puy-de-Dôme, à l’époque dirigé par Pierre-Noël Bonté, elle est depuis 2007 incluse dans la réserve nationale Chastreix-Sancy. Elle est classée ENS (Espace Naturel Sensible).
Les études pour en améliorer l’aspect et la qualité écologique (biodiversité), ont duré plusieurs années avant de faire l’objet d’un plan de gestion. La première tranche de travaux a été démarrée en 2014.
Les conditions climatiques désastreuses de l’été 2014 n’avaient pas permis de réaliser la totalité du programme prévu. Celles de l’été 2015 ont permis de rattraper le retard.
Le programme final prévoit des coupes rases sur certaines zones, soit pour supprimer l’aspect rectiligne des limites, soit pour dégager des zones humides. Par ailleurs d’autres zones importantes de la forêt seront éclaircies.

   

    Pour éviter la destruction des sols par le passage
    d'engins, les travaux sont effectués par un système
    de câbles-mats, et seule une voie centrale a été utilisée
    par des engins pour le transport des grumes.

 

 

Le volume total des bois de la plantation est actuellement de l’ordre de 17 000 m3.
La première tranche de travaux a permis d’en exploiter près de 6 000 m3, soit la
moitié du volume prévu d’ici 2032 (12 600 m3).
Les branchages, qui représentent un volume assez considérable, sont broyés sur place
et évacués par camion. Ceux résultant des travaux 2015 seront évacués au
printemps prochain. La première tranche sera alors achevée. La voie provisoire
empierrée sera supprimée et le terrain remis dans son état initial. 

   

Un bilan de chantier sera effectué durant l’hiver pour déterminer la gestion des coupes rases  (prairies ?), des chablis (s’ils apparaissent) et de la circulation des randonneurs.